AXA WF Global Income Generation

ISIN LU0960400249

Dernière VL 110,6200 EUR le 08/10/19

Pourquoi ce fonds

L'essentiel

Les placements traditionnels garantis n’offrent plus de rendements attractifs du passé. À l’heure où les investisseurs cherchent à diversifier leurs sources de rendement, la complexité et la variété des marchés exigent une multitude d’expertises.

AXA World Funds Global Income Generation offre un objectif de rendement régulier à travers une approche diversifiée et flexible.

Raisons d'investir 

  1. Objectif de génération de rendement
    Nous visons à générer un rendement compris entre 2 et 6 % par an combinant revenus et gain en capital en contrepartie d'un risque de perte en capital.**Source : AXA IM, fin février 2017. Rien ne garantit que les objectifs seront atteints. Revenu distribué chaque année par AXA World Funds Global Income Generation, classe d’actions A en euros. Le Fonds présente un risque de perte en capital. Le rendement global du portefeuille est affecté par les frais de gestion - veuillez consulter le prospectus du Fonds pour plus de détails.Classe d’actions de capitalisation ; date de lancement : 28 octobre 2013.
     
  2. Approche diversifiée
    Nous cherchons à générer un rendement régulier par une combinaison d’actifs de rendement que nous jugeons de qualité et d’actifs orientés sur la croissance du capital à long terme.
     
  3. Stratégie flexible et prudente
    Afin d’essayer d’atténuer la nature volatile des marchés financiers, l’allocation flexible vise à ajuster l’exposition géographique et par classe d’actifs tout en conservant un profil prudent. 

Pourquoi AXA IM ?

  • Spécialiste des solutions diversifiées depuis 1994

  • Une équipe de gestion multi-actifs forte de 20 ans d’expérience en moyenne**

  • Des spécialistes sur toutes les classes d’actifs

Risques

Le Fonds investit sur les marchés financiers et utilise des techniques et des instruments qui sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer des gains ou des pertes. Le Fonds est exposé à des risques spécifiques : risque de crédit, risque de liquidité, risque de contrepartie, risque lié à l’impact de techniques telles que des produits dérivés ou l’effet de levier et risques géopolitiques, risque lié à l’investissement sur les marchés émergents et dans des obligations spéculatives à haut rendement, ainsi que risque lié aux investissements globaux et investissements dans des secteurs ou classes d’actifs spécifiques. Il est conseillé aux investisseurs de se référer au prospectus du Fonds pour une description détaillée des risques.

**Source : AXA IM, fin décembre 2016. Les renseignements concernant les équipes et/ou AXA Investment Managers sont communiqués à titre indicatif exclusivement. Nous ne garantissons pas que les collaborateurs d’AXA Investment Managers conserveront leur emploi ni qu’ils exerceront ou continueront d’exercer dans les équipes d’AXA Investment Managers et/ou au sein d’AXA Investment Managers.

Panorama

Objectifs d'investissement

Le Compartiment est un portefeuille multi-actifs, cherchant à fournir un rendement régulier et à générer une croissance du capital sur le moyen terme via une allocation dynamique et flexible dans une large gamme de classe d'actifs à l'échelle mondiale.

Risque

Profil de risque et de rendement

1 2 3 SRRI Value 4 5 6 7

La catégorie de risque est calculée sur la base des performances historiques et ne constitue pas nécessairement un indicateur fiable du futur profil de risque du Compartiment. La catégorie de risque indiquée n'est pas garantie et peut évoluer avec le temps. La catégorie la plus faible n'est pas synonyme d'absence de risque.

Pourquoi ce fonds est-il dans cette catégorie ?

Le Compartiment n'est pas garanti en capital. Le Compartiment investit sur les marchés financiers et utilise des techniques et des instruments qui sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer des gains ou des pertes.

Risques additionels

Risque de crédit : risque que les émetteurs de titres de créance détenus par le Compartiment ne s'acquittent pas de leurs obligations ou voient leur note de crédit abaissée, ce qui entraînerait une baisse de la Valeur liquidative. Risque de liquidité : risque de faible niveau de liquidité dans certaines conditions de marché pouvant conduire le Compartiment à faire face à des difficultés de valorisation, d'achat ou de vente de tout ou partie de ses actifs et ayant un impact potentiel sur sa valeur liquidative. Risque de contrepartie : risque de faillite, d'insolvabilité ou de défaillance d'une contrepartie du Compartiment, pouvant entraîner un défaut de paiement ou de livraison. Impact des techniques telles que les produits dérivés : certaines stratégies de gestion comportent des risques spécifiques, tels que le risque de liquidité, le risque de crédit, le risque de contrepartie, le risque légal, le risque de valorisation, le risque opérationnel et les risques liés aux actifs sous-jacents. L'utilisation de telles stratégies peut également induire un effet de levier, qui peut accroître l'effet des mouvements du marché sur le Compartiment et engendrer un risque de pertes importantes. Risque géopolitique : les investissements dans des titres émis ou cotés dans différents pays peuvent impliquer l'application de normes et de réglementations différentes. Ces investissements peuvent être affectés par l'évolution des taux de change, des lois ou restrictions applicables à ces investissements, de la réglementation sur le contrôle des changes ou de la volatilité des cours.

Horizon d'investissement

Ce Compartiment peut ne pas être adapté aux investisseurs qui envisagent de retirer leur capital avant 5 ans.

Principaux documents

Commentaire du gérant : 31/08/19

Le mois d’août a été marqué par les événements politiques : crise politique en Italie, suspension du Parlement au Royaume-Uni, retour des tensions commerciales sino-américaines avec des conséquences économiques négatives alors que l’Allemagne est sur le point de tomber en récession technique et que la Chine cherche son second souffle. Parallèlement, la Fed et la BCE préparent leurs annonces du mois de septembre. Aux États-Unis, les tensions commerciales avec la Chine se sont intensifiées après l’annonce par le président Trump d’une hausse des droits de douane qui a amené le gouvernement chinois à riposter immédiatement en imposant de nouvelles taxes douanières. Malgré le risque accru d’un ralentissement accéléré, la croissance économique américaine semble résister relativement bien, comme en témoigne la bonne surprise causée par la révision en hausse du PIB du deuxième trimestre à +2 % en glissement trimestriel annualisé, tiré par l’augmentation de la consommation des ménages (+4,7 % en rythme annualisé). En ce qui concerne les objectifs de la Réserve fédérale, l’inflation sous-jacente a progressé de +2,2 % en glissement annuel et le taux de chômage U6 aux États-Unis (qui inclut notamment le travail à temps partiel) a poursuivi son repli à 7 %. Néanmoins, la Réserve fédérale américaine devrait procéder à une nouvelle baisse préventive de 25 pb de ses taux lors de sa réunion de septembre, dans l’anticipation d’un ralentissement de l’activité au cours des prochains mois. Dans la zone euro, le dernier indice PMI agrégé a surpris à la hausse mais a masqué des divergences, notamment entre la France, où l’activité résiste, et l’Allemagne, où le contexte économique reste source de préoccupation. Le PIB allemand s’est contracté de -0,1 % en rythme trimestriel au deuxième trimestre, renforçant le risque d’une récession technique alors que les créations d’emploi continuent de ralentir. Le mois d’août a été très chahuté pour l’Italie après le retrait du soutien de Matteo Salvini (ancien ministre de l’Intérieur et président de la Ligue du Nord) au gouvernement, dans l’espoir d’obtenir une majorité absolue en cas d’élections anticipées. Le scénario a évolué suite à l’annonce que le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate étaient prêts à former un nouveau gouvernement sous la direction de Giuseppe Conte. En ce qui concerne la politique monétaire, l’inflation sous-jacente reste atone (+0,9 % sur un an), accroissant ainsi les chances que la BCE annonce des mesures destinées à stimuler l’économie en septembre. Au Royaume-Uni, la situation reste chaotique, les anticipations fluctuant entre une renégociation de l’accord avec l’UE et une sortie sans accord. Boris Johnson a soufflé le chaud et le froid tout le mois d’août, avec sa décision finale de suspendre le Parlement entre le 11 septembre et le 14 octobre afin de limiter la durée de consultation avant la date butoir du 31 octobre pour la sortie de l’UE du Royaume-Uni. A moins que le parlement parvienne à légiférer et à voter sur une extension, le risque d’un Brexit sans accord est très élevé. En Asie, les dernières données économiques publiées au Japon dénotent une stabilisation de l’économie. La production industrielle a progressé en juillet (+1,3 % en glissement mensuel), compensant en partie la forte baisse enregistrée en juin. En Chine, la production industrielle a ralenti à +4,8 % sur un an, son niveau le plus bas depuis le début des années 1990, et les données sur les exportations ont été inquiétantes. Les tensions commerciales sont naturellement le fondement des difficultés auxquelles l’activité chinoise est confrontée, les secteurs de l’automobile et des machines-outils subissant le contrecoup de la hausse des droits de douane. Pékin a promis de nouvelles mesures pour soutenir l’économie. Les marchés d’actions ont souffert en août, en raison des craintes entourant le ralentissement de la croissance mondiale, dans un contexte marqué par l’intensification du risque de guerre commerciale prolongée entre les États-Unis et la Chine. Aux États-Unis, l’indice S&P 500 a chuté de -1,8 % et en Europe, l’Euro Stoxx 50 s’est replié de -1,2 % avec des performances contrastées des différentes places boursières de la région : le DAX allemand a clôturé en baisse de -2,1 %, l’IBEX espagnol a abandonné -1,8 %, le CAC Français n’a baissé que de -0,7 % tandis que le MIB italien est resté quasi stable à -0,4 %. Au Royaume-Uni, le FTSE 100 a dévissé de -5 %, plombé par la probabilité accrue d’un Brexit sans accord. Les marchés asiatiques ont également été durement touchés par la perspective d’une hausse des droits de douane, l’indice Topix japonais reculant de -3,4 %. Les actions de Chine continentale ont chuté, avec une baisse de -1,6 % de l’indice Shanghai Composite, tandis qu’à Hong Kong le Hang Seng a été durement touché par les remous politiques et a plongé de -7,4 %. Les marchés émergents (indice MSCI EM Total Return) ont eux aussi clôturé dans le rouge (-4,9 % en USD et -3,8 % en EUR). La plupart des marchés obligataires ont poursuivi sur leur lancée, profitant du repli vers les valeurs refuges et de la prudence accrue des principales banques centrales. Les taux américains à 10 ans ont ainsi baissé à un peu moins de 1,5 %, tandis que le rendement des Bunds allemands à 10 ans s’est enfoncé davantage en territoire négatif, à -0,7 %. Idem pour les taux français à 10 ans qui ont baissé à -0,41 %. Les rendements des emprunts d’État italiens à 10 ans ont eux aussi baissé à un peu moins de 1 %, tandis que le taux des emprunts d’État espagnols à 10 ans s’est contracté à moins de 0,1 %. Le rendement des Gilts britanniques à 10 ans a également reculé légèrement à +0,48 %. De même, le rendement des emprunts d’État japonais à 10 ans s’est enfoncé en territoire négatif, à -0,27 %. Sur le marché du crédit, les spreads sont restés quasiment stables en Europe tout comme ceux des titres Investment Grade américains, mais ceux des créances à haut rendement se sont légèrement creusés. En ce qui concerne les marchés des changes, le dollar américain est resté quasi-stable par rapport à l’euro à 1,09 (+1,3 %), mais s’est déprécié par rapport au yen (-2,1 %) à 106 et est resté stable par rapport au franc suisse et à la livre sterling (+0,4 %). Sur les marchés de matières premières, l’indice Bloomberg Commodities hors agriculture et bétail a enregistré un léger repli de -0,8 %. Les cours du pétrole ont baissé (-8 % à 59 dollars le baril pour le brent et -6 % à 55 dollars pour le brut léger américain), tendance en partie compensée par l’or qui a bénéficié de son statut de valeur refuge, progressant de +7 % à un peu plus de 1 500 dollars l’once. Au cours du mois d’août, les préférences globales en matière d’allocation d’actifs sont restées inchangées dans l’ensemble. L’allocation aux actions reste inférieure à l’objectif à long terme tandis que le portefeuille continue d’afficher une exposition significative à la duration et aux spreads des crédits à haut rendement. Les marchés actions ont subi des épisodes de volatilité dans des conditions relativement peu liquides, ce qui a amplifié leurs fluctuations, mais sont toutefois parvenus à clôturer le mois à un niveau proche de l’équilibre, tandis que les marchés obligataires ont surperformé, dopés par les marchés « core » à l’exception des Gilts britanniques, dont les rendements avaient déjà fortement baissé durant l’été. Le fonds a profité de cette volatilité pour accroître légèrement l’allocation en actions alors que l’indice Euro Stoxx 50 était proche de 3 250. Le taux de change USD/EUR restant proche de ses récents plus bas, le fonds a couvert 2 % supplémentaires de l’exposition sous-jacente au dollar à 1,1075. Le fonds est actuellement positionné avec une allocation de 80 % aux actifs qui génèrent des revenus et de 17 % aux stratégies de croissance à long terme.

Performance

Graphique de performance

Période

1 mois
3 mois
6 mois
1 an
3 ans
5 ans
8 ans
10 ans
YTD
Depuis le lancement

Date de début

Date de fin

Les chiffres cités ont trait aux années ou aux mois écoulés et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Tableau de risque

Date de fin

Tableau de risque Volatilité du fonds Benchmark volatility Risque relatif (tracking error) Ratio d'information Ratio de Sharpe Beta Alpha
1 mois - - - - - - -
QTD - - - - - - -
3 mois - - - - - - -
6 mois - - - - - - -
YTD - - - - - - -
1 an - - - - - - -
3 ans - - - - - - -
5 ans - - - - - - -
8 ans - - - - - - -
10 ans - - - - - - -
Depuis le lancement - - - - - - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de début

Date de fin

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire Date Actifs sous gestion du portefeuille
- - -

Valeur liquidative / Valeur nette d'inventaire

Date de la première valeur liquidative 28/10/13

Administration

Pays de distribution

Pays de distribution
Allemagne
Autriche
Belgique
Danemark
Suisse

Frais

Frais courants 1,51%

A propos du fonds

Devise EUR
Date de début 28/10/13
Classe d'actif MULTI-ASSETS
Fonds RI Non
Autorité de tutelle Commission de Surveillance du Secteur Financier

Gestion du portefeuille

Gérant Andrew ETHERINGTON
Co-gérant Goran JEVTIC
Equipe de gestion MT Asset Allocation

Structure

Zone d'investissement Global
Forme juridique SICAV

Souscription et rachat

Les ordres de souscription, de conversion ou de rachat doivent être reçus par l'Agent de Registre et de Transfert tout Jour de Valorisation au plus tard à 15h00 (heure du Luxembourg). Ces ordres seront traités sur la base de la Valeur Liquidative calculée au Jour de Valorisation suivant. Nous attirons l'attention des investisseurs sur la possibilité d'un délai de traitement supplémentaire dû à l'éventuelle participation d'intermédiaires tels que des Conseillers Financiers ou des distributeurs. La Valeur Liquidative de ce Compartiment est calculée quotidiennement.

Documents